11.18.2016

Zéro déchet #3 J'achète local

http://www.lilikus.be/2016/11/zero-dechet-3-jachete-local.html

Je ne vous proposerai pas dans cet article la recette de ces gaufres délicieuses, mais j'aimerais vous parler plutôt de leur provenance, puisque je les ai achetées au marché de mon quartier !

Après les deux premiers articles sur le zéro déchet qui proposaient quelques petits astuces pour réduire ses déchets au quotidien (acheter en vrac) et pour remplacer des ustensiles jetables par du durable (remplacer ses cotons-tiges), je voulais vous parler de quelques chose d'un peu moins concret mais tout autant important si vous êtes dans la démarche du zéro déchet, comme moi.

Je pense que le zéro déchet est une démarche globale qui fait partie d'un tout. Le désencombrement, pour ma part, a été le déclic vers un autre mode de vie. C'est comme ça que j'ai commencé à me poser des questions sur ma manière de consommer et que le zéro déchet est arrivé dans ma vie. A partir du moment ou on décide de remettre en question sa façon de consommer, un tas de réflexions et de prises de conscience en découlent.

Cela fait déjà longtemps que j'ai réduit mes passages dans les grands supermarchés pour privilégier les épiceries bio qui proposent des produits en vrac et dont les aliments sont en général de meilleure qualité (surtout pour les fruits et légumes). De plus, les supermarchés de type bio essayent de plus en plus de privilégier les fournisseurs locaux, comme par exemple au BelgoMarkt cette épicerie urbaine qui propose une large gamme de produits belges cultivés/produits et/ou entièrement transformés en Belgique.

Acheter local, c'est soutenir les artisans / petites entreprises / agriculteurs belges. Je sais que mes achats rémunèrent justement les Producteurs et leur permettent de vivre de leur activité. L'impact écologique est également réduit puisque les produits viennent de la région. Les intermédiaires sont moins nombreux entre le producteur et le consommateur, permettant des prix souvent plus avantageux. La réduction des emballages est également un point important avec les achats locaux puisqu'il n'y a plus d'intermédiaire entre producteur et consommateur. Par exemple, des pommes de terres qui viennent du champ d'un agriculteur de la région ne doivent pas être transportés depuis l'autre bout du monde pendant des jours et donc être emballées.

J'achète souvent au marché près de chez moi. Il y a un maraîcher de la région qui vient proposer ses fruits et légumes et j'ai le plus grand plaisir à venir choisir et à découvrir les fruits et légumes de saison. J'ai d'ailleurs eu une discussion avec la fromagère, l'autre jour parce que je voulais du brie de chèvre. Elle m'a expliqué qu'elle n'en avait pas parce qu'à cette période les chèvres ne produisent pas de lait et que ça reviendra vers le printemps mais qu'en hiver il ne faut pas compter sur le fromage de chèvre. Au marché, j'ai trouvé les meilleures gaufres artisanales de Bruxelles (voir photo*) ! Ça sent toujours divinement bon, impossible de repartir sans acheter mon stock de 7 gaufres pour 3,60€. Cet aspect convivial où l'on rencontre les producteurs et où l'on apprend des choses me plait tout particulièrement. Les liens se recréent, les gens se parlent - et je crois qu'on a un peu perdu ce lien actuellement et il est bon de le recréer petit à petit. En bref, je repars toujours avec le sourire après avoir été faire mes courses au marché.

J'ai récemment découvert La Ruche qui dit Oui qui est une Entreprise Sociale et Collaborative qui rassemble en Belgique et ailleurs des producteurs locaux et des citoyens pour une production et une distribution plus humaines, plus écologique et plus juste. J'ai trouvé le concept très chouette ; il faut faire sa commande en ligne durant la semaine et les producteurs produisent en fonction de la demande, de cette manière, il n'y a pas ou peu de gaspillage. Le samedi, les producteurs viennent livrer dans la Ruche la plus proche de chez vous et il suffit de venir récupérer sa commande chez les différents producteurs. Je n'ai pas encore testé ce système parce que j'ai encore énormément de mal à prévoir mes repas à l'avance et à décider de ce que je mangerai la semaine qui suit. Mais je trouve l'initiative intéressante et je garde l'idée dans un coin de ma tête pour quand je serai un rien plus organisée.

J'espère que ces petites pistes de réflexions vous intéressent. Comme c'est un sujet qui me passionne pour le moment, ça me fait plaisir de vous parler de mes différente prises de conscience qui s'opèrent durant cette période de transition "zéro déchet". Laissez-moi vos impressions en commentaire, il est toujours bon d'échanger sur des sujets qui nous tiennent à cœur.

*Le joli bocal en verre m'a été offert par Decoshop.


***
Et vous, consommez-vous local ?

MOTS DOUX:

ENVOYER UN MOT DOUX