6.30.2016

Le Chemin de Saint Jacques de Compostelle #2

http://www.lilikus.be/2016/06/le-chemin-de-saint-jacques-de_30.html

Tu ne vas jamais me croire quand je vais te dire que j'ai passé une après-midi et soirée entière pour te faire l'article le plus complet et le plus pro de l'histoire de mon blog - et que là, tout de suite, en rallumant mon ordinateur pour le relire avant de le publier, il a DISPARU !!!! J'ai dû éteindre et rallumer mon ordinateur et cligner des yeux plusieurs fois pour réaliser que - non - je ne rêvais pas. Tous mes articles sont bien là, tranquillou, mais celui-là n'y est plus ! J'avais mis tellement d'amour à l'écrire. Bon, passons c'est bien dommage mais je vais de te le refaire aussi bien qu'hier - si pas mieux ! Restons positifs !

J'ai décidé de faire cet article sous forme de questions-réponses. Ce sera plus facile pour toi d'aller directement aux paragraphes qui t'intéressent (oh mais comme je m'occupe bien de toi). Pour info, je suis partie de la ville du Puy-en-Velay le 6 mai en France et j'ai marché jusqu'à Castro Urdiales, en Espagne.  

Soit 45 jours de marche et 900 km parcourus.

• Je marche combien de kilomètres par jour ?

Tout dépend de ta condition physique et de ton entraînement. Moi, je n'avais plus fait de sport depuis que je ne suis plus forcée d'en faire (c'est à dire depuis - euh, longtemps !). Malgré tout, je n'ai pas eu de soucis, à part quelques maux de dos (normal, porter un sac à dos H24, c'est usant !). Pour les quelques premiers jours, je conseille de faire entre 14 et 17 km histoire de ne pas trop forcer. N'oublie pas qu'il s'agit de tenir dans la longueur, rien ne sert de courir, le Chemin de Saint Jacques n'est pas un marathon. Quand mon corps a commencé à s'habituer, je marchais entre 22 et 26 km par jour. Je pense qu'il est important d'écouter son corps et de garder son propre rythme de marche. Ça fait aussi partie de l'apprentissage du Chemin ; quand ton corps te dit qu'il est fatigué, il faut l'écouter. Il y a parfois un mini esprit de compétition qui règne sur le chemin mais il vaut mieux ne pas rentrer dans le jeu. Celui qui a moins marché n'est pas pour autant un looser, je le répète encore mais chacun doit respecter son rythme. Parfois, faire de petites étapes permet de prendre plus de temps sur le chemin et de profiter pleinement de la journée de marche en faisant des pauses régulières. Les jours de beau temps, je prenais le temps de pique-niquer pendant une bonne heure et parfois même de faire une sieste dans les herbes hautes #bonheursupreme #jevendsdureve

Important : il faut faire des étirements après chaque journée de marche (je suis un très mauvais exemple, je ne les ai pas faits à chaque fois - mais il le faut !), ça évite d'avoir les muscles tout durs le lendemain.

• Je trouve toujours un logement sur ma route ?

Il existe en France un guide qui s'appelle le Miam Miam Dodo, c'est vraiment la Bible du pèlerin. Ce guide regroupe un tas d'informations très utiles comme les logements, les villages à traverser, les supérettes. Il est très pratique parce qu'il détaille également chaque étape et le kilométrage prévu chaque jour.

En général il y a toujours moyen de se loger sans réserver. Il faut quand même faire attention à la période à laquelle on part, parfois en période de vacances il y a plus de monde donc il vaut mieux passer un coup de fil la veille pour être sûr. Ce guide est disponible dans certaines auberges et dans les librairies qui se trouvent sur le chemin.

• Dans quel genre de logement vais-je dormir ?


Il y a plusieurs types de logements pour les pèlerins : le gîte d'étape, le donativo et l'hébergement chez l'habitant (que je n'ai pas eu l'occasion de tester). La différence entre le gîte d'étape et le donativo est le prix : le gîte a un prix fixe alors que pour le donativo, ce sont des dons. En général, les donativo sont des hébergements chrétiens tenus par des personnes désireuses d'avoir un vrai échange avec les pèlerins - et qui ont, elles-même un jour parcouru le chemin de Saint Jacques. De belles rencontres garanties ! J'ai essayé de privilégier les hébergements donativo, étant plutôt partie dans une démarche de partage et d'échanges. En donativo, les pèlerins aident parfois pour la préparation du repas et souvent pour la vaisselle. J'ai trouvé très convivial de participer aux tâches ménagères et puis c'est aussi une manière de les remercier de leur gentillesse de nous accueillir sans rien attendre en retour.

A savoir : en ce qui concerne les gîtes d'étape et les donativo, il s'agit le plus souvent de dortoirs qui varient entre 4 à 12 lits. Le confort et l'intimité sont mis de côté pendant quelques temps. Attention aussi aux ronfleurs ! J'ai énormément de chance, je dors à peu près facilement partout mais certaines personnes ont besoin de silence total pour dormir et ne supportent pas les ronflements - prends donc tes précautions pour dormir tranquille.

Il y a aussi des gîtes beaucoup plus haut-de-gamme avec des chambres privées mais ça ne rentrait pas trop ni dans mon budget ni dans ma vision du chemin de Saint Jacques donc j'aurais bien dû mal à vous en parler. Mais sachez qu'il existe également des chambres d'hôtes.

• Je peux facilement faire du camping ?

Même si je n'en ai pas fait beaucoup, oui, il est facile de camper, surtout en France. Il y a des campings à peu près dans chaque ville (ou un peu en dehors). Il est parfois même possible de camper dans le jardin de certains gîtes (gratuitement - ou moyennant quelques euros). C'est la solution la plus économique mais aussi la moins confortable : d'une part parce que dormir tous les soirs sur un tapis de sol après 7 ou 8 heures de marche, c'est pas hyper confort, d'autre part parce qu'il faut porter tout le matos de camping, et ça peut vite peser son poids ! Par ailleurs, on est vite isolé quand on fait du camping, c'est peut-être moins convivial que de retrouver d'autres pèlerins le soir pour prendre le repas au gîte d'étape. Donc, le camping c'est cool mais il faut quand même bien réfléchir avant de partir sur le style d'expérience que tu veux vivre sur ce chemin.

• Je prévois quel budget par jour ?

En donativo, comme je le dis plus haut, ce sont des dons. Libre à toi de donner autant que tu le souhaites pour le repas et la nuitée. En gîte, les prix varient entre 10€ et 15€ pour la nuit. Il y a aussi la possibilité dans la plupart des gîtes de prendre la demi-pension qui comprend le repas du soir et le petit déjeuner, les prix tournent alors autour de 28€ et 36€. Les gîtes sont souvent équipés d'une cuisine dans laquelle il est possible de préparer une petite tambouille. Il était donc facile d'aller faire quelques courses à la supérette du village pour te faire à manger pour le soir (et économiser quelques euros !). Note également qu'il faut aussi prévoir de quoi pique-niquer pour le midi. L'erreur à ne pas faire est de croire qu'une boulangerie apparaîtra sur ton chemin juste au moment où tu auras faim (je le dis parce que je l'ai faite - et je me suis retrouvée sans manger à midi pendant deux jours d'affilée, croyant que je croiserais bien une épicerie en chemin).

• Est-ce que c'est dangereux pour une fille seule ?

C'est marrant parce que c'est la question qu'on me pose le plus souvent. Et non, je ne me suis jamais sentie en insécurité. Je pense qu'il n'y a pas plus de risques de situations dangereuses quand on voyage que dans la vie quotidienne. Il faut simplement rester vigilant, comme partout. J'ai tendance à repérer assez facilement les mauvaises situations, et mon radar "plan foireux" se met alors en marche et j'évite que cette situation ne dégénère. Mais je n'ai jamais eu aucun problème (que ce soit en Nouvelle-Zélande, en Thaïlande ou sur le chemin). Il règne sur le chemin une bienveillance et une convivialité qu'il est difficile de trouver ailleurs. Les pèlerins s'entre-aident et se soutiennent au moindre problème. Les habitants croisés sur la route sont également très ouverts, il est facile d'avoir une conversation avec un paysans ou avec une dame jardinant à l'avant de son jardin. Le chemin est vraiment une expérience unique et justement je pense qu'elle sera encore plus intense si tu pars seul(e).


J'espère que cet article aura répondu à certaines de tes questions. 
N'hésite pas laisser un commentaire si jamais tu veux plus de précisions.

Je consacrerai prochainement un article complet sur le sac à dos, 
son poids et le matériel que j'avais emmené avec moi. 

Alors, tu pars quand ?

18 commentaires:

  1. C'est drôle, je perçois bien l'intérêt de mener ce pèlerinage seul, mais je sais que si je le fais un jour, j'aurai besoin d'un binôme. Pas un grand groupe, là je pense que l'expérience perdrait quelque chose, mais un binôme. Bravo à toi de l'avoir fait seule, et merci pour cet article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour être honnête, j'ai rencontré tellement de gens sur mon chemin que je n'ai pas marché beaucoup seule :-) je pense qu'il est possible de trouver son binôme sur place ! mais je comprends très bien la peur de partir seule. Maintenant que j'ai testé, j'aurais dû mal à m'en passer. Je serais heureuse d'avoir ton retour d'expérience le jour où tu auras fait le chemin (solo ou binôme) ;-)
      Belle soirée !
      Alice

      Supprimer
  2. Merci pour cet article très complet, ça m'a l'air génial comme expérience :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça l'est ! Contente que l'article te plaise :-)

      Supprimer
  3. Eh bien ... je prie le Dieu chrétien et catholique parce que c'est la culture dans laquelle j'ai grandi et la religion à laquelle je m'identifie le plus, mais je n'avais jamais pensé faire le chemin. Ton article me donne envie de réaliser ce défi :) mais 45 jours, ce n'est pas trop long ? Tu travailles (mis à part ce blog) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Lolly, je suis partie sans aucun billet retour en poche. Je voulais me laisser complètement libre de pouvoir rentrer quand je le sentais. Je partais donc pour une durée indéterminée (non, pas de job pour le moment). J'aurais pu partir une semaine ou deux mais finalement ça devient presque addictif de marcher et je suis restée 6 semaines ! Le temps est passé super vite, d'ailleurs. Je pense aussi que j'avais besoin d'une vraie coupure et que c'est dans la longueur qu'on ressent tous les bénéfices d'une 'longue' marche ! Prends ton temps pour te décider mais je suis sure que tu ne regretteras pas d'avoir fait ce (bout de) chemin ;-)

      Supprimer
    2. Je comprends :) tu dis que tu as croisé beaucoup de monde sur le Chemin, mais c'est quelque chose qui a "du succès"? c'est touristique ?

      Supprimer
    3. Oui, surtout à la période mai/juin ! Le premier jour partant du Puy en Velay, il y avait des pèlerins devant et derrière. Difficile de marcher seul. Ce pélerinage est de plus en plus populaire, beaucoup de gens partent sur les chemins de Saint Jacques :-) (mais le Puy est vraiment le grand départ, la semaine qui suivait, il y avait déjà beaucoup moins de monde).

      Supprimer
  4. Salut Alice,
    Je te remercie parce que j'avais déjà en tête de faire une partie de Saint Jacques et tu m'as poussé à validé ce choix pour mon prochain voyage.
    J'aimerais partir dans une quinzaine de jours. Tu penses que ton articles avec les détails du sac à dos sera écrit ? Je pense savoir quoi prendre comme j'ai déjà pas mal voyagé mais si tu as des incontournables du pèlerinage, je suis preneuse ! En tout cas merci parce que tu m'as vraiment donné cette envie de me lancer alors que j'hésitais encore par peur, et d'être une fille toute seule, et de marcher tant de kilomètres alors que ma condition physique n'est pas des meilleures !
    Bonne soirée :)
    Léo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Léo, quel plaisir de lire ton message :-) j'ai chaud au cœur de savoir que tu te lances dans l'aventure et que mon expérience ait pu t'inspirer et te pousser à le faire ! Je pense que l'article sera publié d'ici la fin de la semaine.
      Bonne continuation et n'hésite pas à me laisser ton compte IG, j'irai suivre ton pélerinage avec beaucoup d'intérêt :-)

      Supprimer
  5. Bonjour et un grand merci pour cet article très intéressant (une mine d'infos!). J'ai suivi ton pèlerinage à travers tes superbes photos sur IG et tu as réussi à me transmettre l'envie de faire ce voyage. Partir seule ne me gêne pas (au contraire!) et je me posais pas mal de questions avant cet article : tu as répondu à quelques unes d'entre elles d'ailleurs. Je pense étudier encore un peu la question à travers des livres de témoignages de pèlerins. En auraient-tu quelques à recommander stp ? D'avance merci & bon courage pour le retour à la vie "normale".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ! Merci pour ton commentaire, ça fait super plaisir :-) Oui j'ai lu pas mal de bouquins avant de faire le chemin. Il y a des gens qui évitent justement d'en lire histoire de ne pas se 'spoiler' mais moi j'avais tellement envie d'en savoir plus que j'en ai lu quelques uns : j'ai lu "le pélerin de Compostelle" de Coelho que j'ai trouvé super intéressant et intriguant. J'ai lu le fameux livre de Rufin "immortelle randonnée" que j'ai trouvé intéressant mais qui dresse quand même un tableau un peu négatif sur le chemin (pas sure que ce soit le bouquin idéal à lire pour donner envie de partir). Et sinon on m'a beaucoup parlé de "en avant route !" de Alix de Saint-André - il est dans ma bibli mais je ne l'ai pas encore lu :-)

      Supprimer
  6. Merci pour cet article, j'ai encore plus envie de partir seule, il ne reste plus qu'à convaincre les parents et les amis que ce n'est pas dangereux .... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Noooooon ce n'est pas dangereux ;-) Fonce !

      Supprimer
  7. Coucou :)
    J'ai lu ton article au moment où tu l'as publié sur facebook. Aujourd'hui je le relis car j'ai enfin décidé de faire les chemins en septembre prochain. J'ai trois semaines de disponibles. J'ai déjà voyagé seule, mais dans des grandes villes donc très simple pour se repérer. Là je me lance vraiment dans cette aventure, j'ai les chocottes car je vais vraiment devoir être autonome. Ca va m'aider à prendre confiance en moi !!!
    Simplement, merci pour ton article, il est très clair :)
    Elena

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Elena, bravo de te lancer dans l'aventure, et seule, en plus !!! Je suis heureuse de savoir que mon article ait pu t'aider. Fonce, tu verras ça va être incroyable et tu vas croiser énormément de personnes bienveillantes sur ta route, pas de soucis à se faire à ce niveau là !
      Buen Camino et n'hésite pas à partager ton compte Instagram ou si tu as un blog, je serais ravie de suivre tes aventures :-)

      Supprimer
  8. Bravo pour la relation de ton pèlerinage sous forme de questions/réponses.L'essentiel est abordé et permet au lecteur de ce faire rapidement une idée de ce qu'est le Chemin de Compostelle.Je pense que cela peut inciter les personnes désireuses de se lancer sur le Chemin à concrétiser leur souhait sans appréhension.excellente synthèse, merci.Erwan

    RépondreSupprimer