9.06.2015

La simplicité pour une vie meilleure ?

http://www.lilikus.be/2015/09/la-simplicite-pour-une-vie-meilleure.html

J'avais envie de te parler d'un truc dont on parle un peu partout en ce moment et surtout dans le monde de la blogosphère. Il s'agit de l'art de la simplicité. On peut l'appeler aussi le minimalisme. Et pour l'instant, c'est un peu la mode, tout ça. Le Less is More et tout et tout. Mais en fait, j'avais envie d'en parler parce que justement, moi, ça me parle. C'est pas parce que c'est la mode ni rien, c'est juste parce que j'ai découvert ce "mouvement" et que je me suis sentie totalement en accord avec, tout simplement.

J'ai d'abord commencé par lire plein d'articles sur différents blogs. Puis ça a fait son petit chemin dans ma tête. Ensuite j'ai entendu parler de bouquins à ce sujet et ça m'a un peu titillé. Moi qui étais à fond dans le "je garde tout au cas où", j'ai découvert qu'on pouvait vivre autrement et que c'était pas plus mal de jeter des choses, parfois. Je me suis souvent énervée quand je ne mettais pas la main sur un objet que je cherchais partout. Justement parce que je possède trop de choses. Alors l'idée de vivre avec moins d'objets pour vivre mieux et surtout de vivre avec des objets qu'on choisi consciemment, ça me botte.

J'ai fait un gros déménagement il y a quelques mois et j'ai dû me débarrasser de plein de choses parce que je passais d'un grand espace à un truc beaucoup plus petit. Mais déjà avant le déménagement, j'ai commencé à réfléchir sérieusement à tout ça et à faire des tris drastiques. Plus de pile de "je garde même si je n'utilise plus". Quand on s'y met, il faut vraiment décider je garde ou je garde pas, pas de demi mesure. 

Évidemment, ça ne se fait pas en deux minutes. C'est un travail de tous les jours. Ça passe aussi par une prise de conscience de ce qu'on achète et de la manière dont on achète. Fini les achats compulsifs. Maintenant, avant d'aller à la caisse, je réfléchi vraiment à l'utilité de ce que je suis sur le point d'acheter. Le fait de conscientiser mes achats a vraiment changé ma vie parce que la plupart du temps, je repars les mains vides, grâce au point fait avec moi-même du pourquoi j'achète ça. J'en ai marre de ramener des trucs inutiles à la maison qui m'ont juste procuré un plaisir direct, au moment de l'achat. Je n'ai pas(plus) envie d'être victime de la société de consommation. C'est une vraie découverte, je vous assure, de choisir consciemment ce qu'on décide d'acheter.

J'ai aussi pris une claque par rapport à ça pendant mon voyage. Parce que tout ce que je possédais rentrait dans un sac à dos. Je me suis rendue compte qu'on pouvait vivre avec pas grand chose, au final. Et même que j'aurais pu laisser pas mal de choses sur le bord de la route parce que j'avais pris un peu trop. Alors pourquoi je m'encombre d'autant de choses chez moi alors qu'en Nouvelle-Zélande j'ai survécu avec vraiment pas grand chose ?

Franchement, ça peut paraitre débile comme ça mais vraiment, je me sens beaucoup mieux depuis que j'ai éliminé les choses dont je ne me servais plus. Mon environnement de vie est plus agréable et je me sens apaisée. J'essaye de réfléchir à ce que je laisse rentrer chez moi et surtout à ce que je jetterais si j'ai envie d'acheter quelque chose. Je ne dis pas que je m'oblige à jeter quelque chose pour compenser chaque achat pour garde un certain nombre d'objets chez moi. Non, simplement à garder un regard extérieur sur tout ça.

Par exemple, l'autre jour, j'ai viré de mon grand bureau tout ce qui y trainait (fardes de factures, stylos et bics, cahiers, carnets inutiles) pour faire place à un grand espace vide avec juste mon ordinateur et un petit carnet de note. Eh bien j'ai senti directement que je n'étais plus dérangée par tout le bazar qui trainait autour. A présent, quand je me pose à mon bureau, je peux laisser libre court à ma créativité sans être dérangée par des objets qui parasitent mon environnement. Tu dois me prendre pour une folle mais vraiment, fais le test, dégage ton espace de travail et je suis sûre que tu seras plus productif.

J'ai aussi pas mal revu ma garde-robe. J'avais un nombre incalculable de vêtements que je ne mettais plus et que je gardais quand même. Vive les vide-dressing et les brocantes ! J'ai quand même pu récupérer une petite somme d'argent !

A présent, je préfère dépenser mes sous en un bon resto entre copines ou un super concert plutôt que d'acheter une veste de chez Zara. Et vraiment, ça compte dans la balance quand je vois un petit haut dans un magasin qui me plait mais je me dis qu'il vaut la moitié d'une place de concert. Je vois les choses différemment et je relativise tout achat compulsif. C'est hyper agréable et rassurez-vous, je ne me sens pas du tout frustrée ! Au contraire, beaucoup plus sereine !

Tu veux en savoir un peu plus sur ce mouvement ? Je t'invite à lire "L'art de la simplicité" de Dominique Loreau. Le blog Lemoncoco parle aussi de la simplicité, j'adore son univers.

Et toi, qu'est-ce que tu penses de tout ça ?

9 commentaires:

  1. Tout à fait d'accord avec toi! Le seul truc pour lequel j'ai encore un peu de mal dans ce domaine, ce sont les fringues... Comme tu dis, c'est un chemin (tout ne se fait pas en un instant) libérateur :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une façon de vivre et une nouvelle manière de voir les choses. Il y a quelques années, j'étais complètement à l'opposé de tout ceci. Mais je sens que ça me fait du bien. Et au plus j'y travaillerai au mieux je me sentirai ;-)

      Supprimer
  2. Pendant longtemps, ce sont les livres qui m'ont posé problème. Une fois lus, je les déposais dans ma bibliothèque, tels des trophées de guerre, et les oubliais à mesure que le temps passait. Au fond de moi, je trouvais cela stupide, de garder tous ces livres dont je ne me souvenais que très vaguement de l'histoire. Alors que d'autres pouvaient en profiter. Mais malgré tout, je n'osais faire le pas. Ils demeuraient ma fierté. Et puis un jour, je les ai trouvés particulièrement encombrants, trop enracinés dans le passé. J'eus envie de modifier mon environnement, d'y faire place nette pour pouvoir accueillir de nouvelles surprises. Alors, je me suis mise à tout vendre, tout donner, ne plus rien garder pour moi seule. Je me suis acheté une liseuse, afin de continuer à lire sans retomber dans le piège de l'accumulation. Depuis, je me sens plus légère, plus libre d'aller où bon me semble sans m'inquiéter de ce que je laisse derrière moi. De faite, je ne possède plus grande chose dorénavant, excepté quelques vêtements et babioles que je pourrais aisément empiler dans une (très grosse) valise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je rêve de pouvoir vivre avec presque rien. L'idée de pouvoir rassembler tous mes biens dans une seule valise me plait beaucoup. Il faudra encore du travail mais petit à petit, j'y arriverai. Se débarrasser de ses livres est un très bon début pour un désencombrement ! Je n'en possède pas beaucoup mais je suis sure que je peux réduire encore ;-)

      Supprimer
  3. Moi, je me suis réveillée quand j'ai déménagé vers deux pays différents dans la même année. J'ai vu que toute ma vie tenait dans 9 mètres cubes. Et ça m'a fait péter un cable j'ai été dans le garde-meuble pour tout désencombrer comme une folle. C'était cocasse... Maintenant trois déménagements plus tard j'ai re-pété le même cable sauf que maintenant je pense avoir changé également mes habitudes d'acquisitions de trucs & de choses, donc j'espère que c'est vraiment vrai quand je me dis que je n'aurais plus à désencombrer!

    En tout cas très joli billet et bravo: toi ta vie ne tenait "que" dans un sac à dos et c'est impressionant!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton histoire est marrante et ça prouve bien que tout cela ne se fait pas en 2 minutes. C'est vraiment un mode de vie et une prise de conscience de sa manière de consommer :-) Je te souhaite beaucoup de bonheur pour la suite !

      Supprimer
  4. Beau billet! Cela fait un moment que je vis avec moins. Cela m'avait vraiment marqué quand j'étais partie en tour du monde pendant 15 mois avec ma maison dans mon sac à dos de 40L. Depuis j'essaie d'appliquer ce concept dans tout. Je possède beaucoup moins et je donne aussi les livres que je lis pour ne plus m'encombrer. Peut-être que la lecture du livre Vers la sobriété heureuse de Pierre Rabhi te plaira.
    Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est en voyageant longtemps qu'on se rend compte qu'on peut vivre avec 3 fois rien. J'ai le livre de Pierre Rabhi mais je ne l'ai pas encore lu. Je le lirai prochainement après avoir écoulé tous les bouquins de Dominique Loreau :-)

      Supprimer
  5. Chouette article =) Je me suis totalement reconnue dans ce post .. Je suis revenue en France pour 2-3 mois après un voyage de 7 mois et je ressens la même chose que toi . j'étais une victime de la société de consommation, et aujourd'hui je ne veux plus de tout ça ! Je dois me mettre sérieusement à faire le tri dans toutes ces choses qui polluent mon espace .. Du courage =) J'essaie de faire prendre conscience aux gens autour de moi de cette philosophie (surtout ma mère qui est une adepte du "je garde au cas où" haha), mais ce n'est pas évident. je crois qu'on ne peut le faire qu'après une réelle prise de conscience =) Contente que tu sois sortie de la spirale infernale de la consommation ! Haha =) Un gros bisou et pleins de bonheur =)

    RépondreSupprimer