5.13.2015

Nouvelle-Zélande #5 Le déclic du laisser-aller

http://www.lilikus.be/2015/05/nouvelle-zelande-5-le-declic-du-laisser.html

Y a un truc que j'avais vraiment envie de te raconter. Une histoire qui m'est arrivée et qui mérite vraiment d'être partagée parce que ça m'a fait réaliser des choses sur la vie. Peut-être que si j'te la raconte, tu réaliseras certaines choses, toi aussi. On peut essayer, non ?

Alors voilà, en Nouvelle-Zélande, faire du stop (du hitchhiking en anglais) c'est très courant. C'est un pays très safe (sisi, je t'assure). Mais malgré tout, j'ai toujours eu trop peur de le faire. En tant que nana voyageant seule, encore plus. Mais vers la fin de mon voyage, l'envie d'essayer me titillait alors j'ai beaucoup parlé avec des backpackers de leurs expériences en auto-stop. Certains (surtout les filles) ont été très claires : elle n'en feront jamais, c'est beaucoup trop dangereux et d'autres (dont des filles) en ont beaucoup fait et trouvaient ça normal et même très plaisant de rencontrer des locaux.

Ben merde, je suis ici depuis au moins 2 mois et j'ai pas vraiment rencontré de locaux. A deux semaines de la fin de mon voyage, je commence à faire un mini bilan dans ma tête des trucs que je voulais faire / que j'ai faits et que j'ai PAS ENCORE faits. Alors je me dis que c'est quand même dommage de pas tester au moins une fois le fameux hitchhiking avant de rentrer en Belgique !

C'est alors que je fais la connaissance de Thomas, un français. Il a souvent voyagé en stop et me propose de tester ensemble. Bonne idée, ça me rassure en plus d'être avec un mec. On décide de faire du stop vers Cathedral Cove dans la baie de Coromandel, juste pour une petite journée en excursion. On se pose à un endroit ou il n'y a pas tellement de passage mais faut croire que les kiwis sont vraiment cools parce qu'après quelques voitures et à peine 6-7 minutes d'attente, une voiture s'arrête. Malheureusement, elle ne va pas trop dans notre direction donc on passe notre tour. Ensuite à peine 2 minutes après, la voiture d'une sympathique famille s'arrête. Une famille kiwi en vacances dans la région qui veut bien nous déposer là où on doit aller (alors que c'est un détour pour eux) mais 'no worries, it's fine'. Bon, ok. Ils sont cools ces gens quand même ! Pour le retour pareil, on tombe sur un couple super sympa ! Bon, finalement c'est vachement enrichissant de faire la connaissance de locaux comme ça et c'est excitant de pas savoir sur qui tu vas tomber. Après cette expérience fort fructueuse de stop en duo, je me dis que je tenterais quand même bien toute seule (avec quand même un peu d'appréhension).

Le lendemain, je dois prendre un ferry à Coromandel Town à une cinquantaine de kilomètres de la où je suis. Je sors de l'auberge avec mon gros sac à dos et ma peur au ventre mais je me dis qu'il le FAUT, je DOIS tester ça au moins une fois. Je suis sure que ça va bien se passer. Alors je marche un peu longtemps pour trouver un bon spot pour poser mon gros sac et tendre le pouce. J'ai déjà mal au dos alors que j'ai fait 50 mètres et il fait au moins 25 degrés. J'ai mis legging et pull parce qu'à force d'accumuler des trucs, je sais pas tout rentrer dans mon sac à dos alors je porte les vêtements les plus encombrants (et les plus CHAUDS). Super...

Voilà, ici c'est bien. Je pose mon gros sac, je me tiens bien droite et je regarde vers la route si une voiture est en phase d'approche. Une première voiture arrive, je tends le pouce et j'essaye de sourire mais je suis un peu crispée. La voiture ne s'arrête pas. Je me dis que je dois pas avoir l'air sympa ou quoi. Ou bien simplement que la personne va bosser et qu'elle a pas le temps de prendre une auto-stoppeuse. Et ça continue comme ça au moins pendant un quart d'heure. Pouce levé et sourire crispé à chaque approche de voiture. Je commence à avoir vraiment chaud sous ce soleil de plomb et je perds un peu patience. Qu'est-ce qui m'a pris ? J'aurais dû prendre le bus, ç'aurait été bien plus simple !

Quelques minutes après, une voiture s'arrête, c'est une femme au volant (cool, c'est déjà un bon point). Elle me dit qu'elle peut me déposer à mi-chemin. On papote, elle est vraiment sympa, elle me raconte sa vie, je lui raconte la mienne. J'apprends qu'elle vient d'acheter une maison et qu'elle est maman de deux enfants. C'est rigolo de faire connaissance-express comme ça avec des gens qu'on croise pour un quart d'heure dans sa vie. Ca me touche, je me dis que c'est tellement intense comme rencontre. J'apprends que c'est son anniversaire ce jour-là alors ça me fait sourire parce que c'est justement l'anniversaire de la mienne, de maman. Du coup je lui dit 'tiens, c'est rigolo, c'est l'anniversaire de ma maman aujourd'hui'. Alors elle rigole et je trouve ça marrant et elle aussi. Elle me dépose au bord d'une mini route sur une sorte de petit parking. C'est là qu'elle dépose les auto-stoppeurs d'habitude.

Bon, il n'y a personne. Pas un chat, pas une voiture à l'horizon. Mais cette première expérience m'a vraiment fait chaud au coeur, j'ai encore un sourire aux lèvres et je me sens confiante pour la suite du stop. 

Quelques voitures passent sans s'arrêter puis enfin une voiture se met sur le bas-côté. Une dame d'un certain âge passe sa tête et propose de faire une partie du chemin. Super, c'est déjà très gentil, merci madame. Alors on discute un peu, je raconte un peu ma vie, elle raconte un peu la sienne. Puis le courant passe bien, elle me pose plein de questions. Et si j'aime bien la Nouvelle-Zélande et combien de temps je reste. Elle me dit soudain qu'elle a changé d'avis et qu'elle a quand même une course à faire à Coromandel et donc qu'elle est d'accord de me conduire jusqu'à destination. J'ai envie de lui sauter au coup pour la remercier de sa gentillesse mais je me retiens. Ils sont si gentils, ces kiwis ! Je ne suis pas habituée à ça. Elle veut juste faire un détour par chez elle pour mettre des trucs au frigo et me propose de me déposer à la plage à 50 mètres de sa maison 'because it's lovely, you need to see this'. Elle me montre sa maison, elle me dit que je peux passer par la kitchen quand j'aurai terminé mon petit tour à la plage. Je prends le petit chemin qu'elle m'a indiqué pour atteindre la plage et je me retrouve là...


Alors là, à cet instant précis, je me rends compte à quel point je suis en train de vivre un truc de dingue. Que ce voyage et tout ce que j'ai vécu jusqu'à présent, c'était pour me mener là et me faire réaliser qu'on a quand même reçu une putain de vie et que c'est pour vivre des moments pareils qu'on est sur terre. Là je peux te dire que j'étais sur un petit nuage de j'arrive-pas-à-croire-ce-qu'il-est-en-train-de-m'arriver. Le matin, je tendais le pouce à Whitianga et là je me retrouve sur une plage déserte où je n'aurais probablement jamais mis les pieds si j'avais pris le bus ! 

Le coeur rempli de joie, je me dirige vers sa maison. De loin, je la vois en train de s'affairer dans la cuisine. Hésitante, j'entre dans le jardin et j'arrive dans la cuisine. 'Do you want some tea ?'. Euh oui, tant qu'on y est pourquoi pas, je ne suis pas pressée. Elle me sert un thé au citron et on va s'installer sur sa terrasse. Là j'ai comme un sourire béat, j'en crois pas mes yeux d'être assise là. Elle m'explique toutes les plantes de son jardin avec beaucoup d'enthousiasme et elle m'explique aussi les types d'oiseaux qui viennent se poser dans ses arbustes. J'essaye de me concentrer très fort pour ne jamais oublier ce moment.

Avant de reprendre la route, elle me demande si j'aime les feijoas (un fruit typique de Nouvelle-Zélande) parce qu'elle en a plein dans son jardin. Alors elle va vite m'en chercher quelques uns et me ramène une cuiller et un petit couteau en plastique {summum de béatitude}. On démarre et je mange mon feijoas avec un grand sourire dans la voiture. Sur la route, elle me propose de s'arrêter parce que les paysages sont vraiment beaux et que je dois absolument faire une photo. Je plaisante et je dis que c'est encore mieux que les tours organisés ! Parce que elle au moins elle connait les jolis endroits pas trop touristiques. Alors on rigole, je l'aime bien.

Arrivées à Coromandel Town, elle me demande si j'ai mangé parce que elle, elle a faim. Oui, pourquoi pas, mon ferry est dans deux heures, j'ai le temps et j'ai un petit creux aussi. On s'installe en terrasse elle me dit qu'elle voudrait acheter une petite plante après pour ajouter dans son jardin. Son mari n'est pas là aujourd'hui et elle aimerait jardiner. Ca me fait sourire de l'imaginer dans son jardin cet après-midi. On mange ensemble {moment de béatitude nr 300} et on discute de plein de choses. Je commence à m'attacher à elle. Ensuite, on se rend compte qu'on ne s'est pas demandé nos prénoms 'Alice', 'Margaret', 'Nice to meet you'. Si elle savait à quel point je suis contente de la rencontrer !

Ensuite, on va vers le magasin de plantes, elle sait très clairement ce qu'elle veut, pas d'hésitation. Elle se dirige vers la caisse et elle me dit 'I will think of you planting this little tree in the garden' {moment de béatitude nr 301}. Concentre-toi et n'oublie jamais cette phrase ni ce moment. 

On se quitte, j'ai presque envie de pleurer tellement j'ai aimé ce moment hors du temps.

Ce jour-là j'ai eu un déclic, le déclic du laisser-aller et j'ai réalisé qu'il fallait :

- Rester ouvert aux opportunités qui s'offrent à moi parce que je peux vivre des trucs incroyables
- Laisser place à l'imprévu (même si dans mon cas c'est parfois compliqué) et arrêter de tout vouloir contrôler et planifier 
- Relativiser et arrêter de stresser pour un rien
- Faire confiance aux autres parce que c'est pas tous des méchants et parfois on peut faire des rencontres dingues
- Faire confiance à la vie parce que quoi qu'il arrive, je m'en sortirai toujours
- Profiter du cadeau qu'on m'a donné : d'être en vie et je suis là pour vivre plein d'autres moments comme cette journée

Voilà, c'était mon histoire. J'ai bien aimé te la raconter, j'espère que tu as aimé la lire. Moi j'y repense souvent à Margaret et je me dis que j'ai été super chanceuse de croiser sa route ce jour-là.

Et toi, il t'est arrivé des trucs comme ça dans ta vie ou pendant un voyage ?

11 commentaires:

  1. Comme ton récit donne envie de partir à l'aventure et réanime en moi cette envie d'évasion, malheureusement mon projet à été remis à plus tard. Je comprend les craintes que tu avait mais tu le démontre bien qu'une fois le premier pas fait, l'aventure prend un tout autre regard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vraiment heureuse de lire que mon récit ait fait écho en toi ;-) J'espère que tu pourras partir, il n'y a que ça de vrai : voyager !

      Supprimer
  2. Je t'ai nominée pour les Liebster Awards, tu pourras en savoir plus en visitant mon blog : https://chocolatestars.wordpress.com ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Il faut dire que les NéoZélandais sont tellement gentils !

    RépondreSupprimer
  4. Salut,
    Je découvre cet article aujourd'hui. Superbe témoignage d'aventure comme on les aime et surtout comme on aimerait tous en vivre. J'ai aussi pas mal voyagé à sac à dos. C'est sûrement dans ces moment là qu'on prend conscience de ce qu'est la vie (pour moi en tout cas) C'est peut-être pas le cas de tout le monde bien sûr ;)
    Merci pour ce beau partage (même si c'est un ancien article)^^. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :-) en effet c'est en vivant des moments comme ça qu'on prend conscience de beaucoup de choses. De la bonté de l'être humain et de la richesse de certaines rencontres. J'ai tellement envie de vivre encore ce genre d'expérience <3

      Supprimer
  5. Hello Lili,
    Je lis énormément d'articles de voyages et il est très rare que j'envoie un message en retour au voyageur qui l'a écrit, mais j'ai tellement aimé ton article que je voulais faire "une exception".
    Très bel article qui fait vraiment echo en moi et qui me fait pas mal réfléchir! Hâte d'arriver en Nouvelle Zélande (plus que 3 mois à patienter!) et de tester le hitchhiking et j'espère rencontrer des personnes formidables comme celles que tu as croisé sur ton chemin!
    Au plaisir de te lire à nouveau!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Guillaume,
      Merci pour ton petit mot, ça fait vraiment plaisir de savoir que mon expérience puisse intéresser d'autres voyageurs. Ça fait 7 mois que je suis rentrée et j'ai maintenant du mal à envisager reprendre ma 'vie d'avant'. Du coup j'ai envie de voyager encore et encore :-) C'est tellement enrichissant. Je te souhaite de vivre plein de belles expériences en Nouvelle-Zélande et je suis sure que tu vas bien te plaire dans ce magnifique pays. Si jamais tu as des questions plus pratiques concernant la NZ, fais signe, je répondrai avec plaisir.
      Bonne continuation :-)

      Supprimer
  6. J'aime tellement tellement TELLEMENT cet article!
    Je suis heureuse pour toi que tu aies vécu ça! Lors de mes voyages en solo, j'ai souvent vécu ce genre de rencontres "qui n'aurais jamais dû avoir lieu" (parce qu'on est pas du même pays, pas du même monde) mais qui sont les plus fortes finalement. Un jour, une vieille dame m'a prédis mon avenir pendant le bout de conduite qu'elle m'a fait!
    Bref, je vais aller explorer ton blog avec grand plaisir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c'est ce qui me nourrit le plus en voyage, ce sont ce genre de rencontres. Vive les voyages en solo ! :-D

      Supprimer